Projet i-Site

Projet i-Site

Le projet

La représentation des catastrophes naturelles dans la littérature anglaise des 16e, 17e 18e siècles

Le programme « La représentation des catastrophes naturelles dans la littérature anglaise des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles » est un projet I-Site CAP 20-25 porté par l’IHRIM (« Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités », UMR 5317). Ce projet est consacré à la représentation des catastrophes naturelles — et, en particulier, des éléments déchaînés et des événements climatiques extrêmes (inondations, tempêtes, gel/froid extrême, sécheresse etc.) — au théâtre, mais aussi, plus largement, dans le cadre de la littérature des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

L’un des buts de ce programme est notamment de comprendre comment fonctionnent science et littérature dans l’Angleterre moderne : peut-on séparer ces deux domaines ? Vont-ils de pair ou s’opposent-ils lorsqu’il s’agit de diffuser des connaissances dites « scientifiques » ? En d’autres termes, en quoi les représentations littéraires, picturales, théâtrales des catastrophes climatiques épousent-elles ou rejettent-elles les théories scientifiques de leurs temps ?

Dans le cadre de ce projet sur la représentation des catastrophes climatiques, nous prévoyons d’organiser deux tables rondes nationales conçues comme deux sessions préparatoires de travail et d’échanges, l’une en septembre 2018, l’autre en septembre 2020, puis à un colloque international sur le climat et l’environnement dans la littérature anglaise des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Ce colloque sera suivi d’une seconde publication en anglais. Afin de mieux saisir de quelles manières et à quelles fins (esthétiques, scientifiques et pédagogiques, politiques) sont représentées les catastrophes naturelles dans l’Angleterre moderne, nous souhaitons réunir des spécialistes de théâtre, de récits de voyage, de science et, plus généralement, de littérature, qui s’intéressent à l’histoire littéraire, culturelle et matérielle de la période envisagée.

Événements

Première série de tables rondes : 28 et 29 septembre 2018
(découvrez le programme) (liste des participants)

Seconde série de tables rondes : 1er, 2 et 3 octobre 2020
(découvrez le programme - prochainement) (liste des participants)

Publications

Écrire la catastrophe. L’Angleterre à l’épreuve des éléments (XVIe-XVIIIe siècles).
Sous la direction de Sophie Chiari
Parution le 14 novembre 2019 aux Presses Universitaires Blaise Pascal.

De par sa situation insulaire, l’Angleterre n’a cessé de s’approprier les récits des catastrophes naturelles qui ont façonné son histoire pour se forger une identité́ poétique qui lui est propre et affirmer une sensibilité particulière aux phénomènes extrêmes. Cet ouvrage se propose d’explorer la première modernité anglaise (XVIe – XVIIIe siècles), époque du « petit âge glaciaire » où l’écriture du moi l’emporte peu à peu sur l’écriture du nous, à travers le prisme de catastrophes naturelles vécues ou fantasmées par les dramaturges, les poètes, les théologiens, les philosophes et les explorateurs de la période.

Entre mathématisation du monde et reconstruction du réel, l’écriture de la catastrophe participe autant d’une volonté de résilience que d’un désir de mise en scène, comme le montrent les treize chapitres du livre : les récits d’événements hors-normes sont tous soigneusement construits et contribuent à unir une contrée en proie à des tensions religieuses et à une forte instabilité politique. Il s’agit pour les écrivains de dépasser la terreur suscitée par les inondations, les vents violents, les tremblements de terre et le froid glacial, afin de promouvoir une vision sociale prônant l’entraide et une réflexion sur la manière dont foi et science peuvent se nourrir l’une l’autre, sans oublier de mettre en avant l’image d’une Angleterre endurante et conquérante.

Cette poétique du cataclysme permet en outre de mettre en lumière les rapports que les contemporains de Shakespeare, de Bacon ou de Cook entretenaient avec une Nature désenchantée et progressivement muée en « environnement ». Plus encore, elle nous conduit à mieux comprendre comment et pourquoi l’avènement de l’Anthropocène, ère géologique qui correspond au moment où les effets de l’activité humaine ont véritablement commencé à modifier notre écosystème, est situé par certains climatologues au début du xviie siècle.

Plus d’informations

Retrouvez les informations concernant le projet I-Site CAP 20-25 ainsi que de nombreuses ressources documentaires sur le carnet Hypothèses dédié : http://weather.hypotheses.org

En images...